omniprésence



Que celui qui cherche ne cesse de chercher
jusqu'à ce qu'il trouve ;
et quand il aura trouvé,
il sera bouleversé,
et, étant bouleversé,
il sera émerveillé,
et il régnera sur le Tout





Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Au temps de Charlemagne



A quoi ressemblait le monde au temps de Charlemagne ?

Il était une fois l'an 800 : l'empire chinois à son apogée, la civilisation arabe en pleine floraison et un Charlemagne en son triste château d'Aix la Chapelle. De Xian à Byzance, de Damas à Cordoue, un tour d'horizon passionnant de ce qu'étaient les mondes civilisés au temps de l'occident "barbare" ! 




le zen du chat




Le chat est aussi un enseignant, il sait nous montrer que l'essentiel réside en bien peu de chose, et laisse un immense territoire temporel pour la contemplation. Là est sans doute le secret de ceux qui ont renoncé à la course à l'inutile, celle d'avoir, ou de s'inspirer de la zen attitude des chats, qui savent entrer en eux-même pour y trouver une étincelle d'absolu...






Russell Watson - Someone to remember me



Une magnifique interprétation pour une émouvante chanson. Russell Watson mériterai d'être mieux connu en France, tant son répertoire est varié, allant des airs d'opéra à la chanson populaire, en passant par des musiques de film (Star Trek).

Mais laissons sa voix exprimer ce magnifique hymne à la mémoire...






 Someone to remember me (with lyrics)

I hope you see as you look down

All of this love gathered around

I hope you hear what people say

I hope you know the role you play



You were my rock you were my shield

The space you leave no one can fill

You have the room you cast the spell

You’ll always be remembered well



And when my days, have come and gone

I hope I’ll leave more right than wrong

I want to feel this love I see

When I am gone, I hope there will be someone to remember me



Though you are not here, not here with me

A part of you will always be

I hear your laugh, I see you smile

I feel you near once in a while



And when my days, have come and gone

I hope I’ll leave more right than wrong

I want to feel this love I see

When I am gone, I hope there will be someone to remember me



And when my days, have come and gone

I hope I’ll leave more right than wrong

I want to feel this love I see

When I am gone, I hope there will be someone to remember me

le blog, cahin-caha



Il est des jours où la motivation décline, on se demande à quoi bon poursuivre un blog, sinon pour les visiteurs de passage, du moins pour soi-même, une sorte de fil d'Ariane, fixer son monde à soi dans un espace certes virtuel, mais la pensée, et l'image que l'on se fait du monde ne sont-ils pas aussi imaginaire ?

A la différence des réseaux dit "sociaux", le blog permet de se poser sur un sujet, loin de l'instantanéité, du sensationnel brut. On lit posément, comme on ouvre un livre, il en restera surement quelque chose après cette rencontre avec les mots...

Mais il est certain aussi que de grandes affections se nouent à travers ce virtuel, lorsque concrètement les passions que l'on sait commune s'enrichissent à travers l'autre bloggeur. On gravit alors un palier de plus...




http://comprendre.over-blog.fr/article-20469726.html


hommage à Jean-Claude Guerry-le blog d'Antiochus





A Jean Claude Guerry (le blog d'Antiochus), trop tôt disparu



http://antiochus.over-blog.com/tag/pensees%20-%20reflexions/


Tu n'es plus là Jean-Claude, sache que tu as été une de mes étoiles polaire, celles qui guident ceux qui cherchent la lumière dans la nuit. Par tes textes, tes conseils de lecture, tu as su ouvrir les portes intérieures qui font saisir l'univers qui nous entoure, afin de ne pas appréhender le monde en aveugle, faire parler les pierres des monuments, donner les clefs qui ouvrent les secrets des textes anciens, ouvrir les portes de la connaissance.

Esthète, penseur, inspirateur, félinophile, tu me manquera comme tu manquera à tout ceux qui se retrouvaient et se retrouvent encore à travers ton blog.

Je vous invite à voyager à travers sa pensée et ses passions grâce à son blog (cliquez sur l'image) :



http://antiochus.over-blog.com/tag/pensees%20-%20reflexions/



Lars Andersen ou le vrai tir à l'arc redécouvert


Lars Andersen réappris les techniques ancestrales du tir rapide à l’arc décrites dans d’anciens manuscrits, dessins médiévaux, européens, perses, égyptiens. 

Au terme de milliers d’heures d’entraînement, il est désormais capable de décocher trois flèches en 0,6 secondes et de réaliser des prouesses qui laissent pantois: il transperce une balle de ping-pong en courant, transforme une cible tournante en pelote d'épingles et parvient même à couper en deux une flèche tirée vers lui avant qu’elle ne le touche !

Lars Andersen démontre aussi l'inanité de quelques images d’Epinal: au combat, les archers ne puisaient par leurs flèches dans le carquois, au prix d’une perte de temps considérable, ils en tenaient plusieurs dans la main afin de les décocher à la vitesse d’une mitrailleuse. Et ils n'encochaient pas leur flèche à la gauche de l'arc. 

Le maitre à l'œuvre






 Un jeune émule de lars (Lars sur la photo) :


 

Four Horsemen Les quatre cavaliers




« Four Horsemen » est un film indépendant réalisé par Ross Ashcroft, qui dévoile les rouages du système économique dominants actuellement la planète. La croissance infinie et la recherche du profit ont poussé l'humanité au bord du précipice. Les quatre cavaliers d'aujourd'hui que sont la violence qu'engendre notre société, la dette, les inégalités et enfin la pauvreté. Et si leurs galops infernaux ne sont pas arrêtés, ils risquent de compromettre la pérennité des futures générations.

L'économie mondiale va mal. La crise se transformant rapidement en catastrophe, de plus en plus de gens se mettent en quête de conseils avisés sur la manière de restructurer l'économie occidentale. Ces trois dernières années, 23 intellectuels - certains d'entre eux très controversés aux yeux de l'intelligentsia politico-médiatique - ont accepté de briser le silence et d'expliquer comment le monde fonctionne vraiment. Four Horsemen ne tombe ni dans la critique des mondes financier et politique ni dans la théorie du complot : le film analyse simplement le système économique dans lequel nous avons choisi de vivre et avance des propositions de changement.

On retrouve, entre autres, parmi les intervenants du film, Joseph Stiglitz (économiste américain, prix Nobel d'Économie en 2001, ancien économiste en chef de la Banque Mondiale), Noam Chomsky (Professeur émérite de linguistique au MIT, Massachusetts Institute of Technology, philosophe américain, intellectuel engagé de sensibilité anarchiste), où encore John Perkins ( auteur du célèbre livre Les Confessions d'un assassin financier).


le cueilleur d'universel




Dans un lieu secret se trouve un miroir,


un portail universel pour communier avec le grand Tout.



Nul besoin de valise, d'un visa ou d'une carte.

Pour se rendre dans ce lieu inétendu,

il suffit juste de retrouver sa véritable identité

sans image, sans nom, sans mot...

La triste vérité sur la société moderne


Un petit complément à une autre excellente vidéo (ICI) sur notre propension à être de nouveaux esclaves modernes, à ceci près que nous n'avons même plus l'excuse de l'ignorance...

Le vote absolu réside en chacun de nos actes !





L’incroyable salle à manger tournante de Néron




« La salle à manger principale, qui était ronde, tournait jour et nuit sur elle-même en imitant le mouvement du monde. » La surprenante construction mentionnée par Suétone dans sa biographie de Néron a enfin été retrouvée ! En 2009, des fouilles réalisées sur le mont Palatin, à Rome, par une équipe d’archéologues franco-italienne ont mis au jour des vestiges qui correspondent apparemment à un mécanisme ayant servi à assurer la rotation du plancher de la principale salle à manger de la Domus aurea, le vaste palais impérial de Néron.



Une découverte exceptionnelle !

Le lien du cnrs ici




video


illusion






 





Tu n'es pas ce que je vois, 
mais seulement l'image que forge 

mon esprit et mes sens... 

l'automne d'Arcimboldo



Le nom d’Arcimboldo est presque devenu synonyme de ces tableaux fantastiques qui de loin représentent des personnages en buste, de face ou de profil mais qui de près ne sont qu’un assemblage d’éléments variés : fleurs, fruits, légumes, ustensiles de toutes sortes.





Michel Serres le progrès humain passe par l'altruisme



Michel Serres explique pourquoi le progrès humain passe par la protection des faibles, par la misère et non pas la richesse, par la faiblesse et non pas la force, par la fragilité et non pas la puissance.


sagesse du chat





Je suis mon maître dans cette retraite heureuse, là où je me sens chez moi, là où je peux goûter le silence, les nuits étoilés, les herbes folles où se cachent insectes et lézards, là où le temps n'a plus de prise et se perd dans les méandres des paysages séculaires, là où je me suffit à moi-même...

Si les hommes savaient qu'il n'est besoin que de si peu pour être heureux... Mais pour l'instant, je garde mon secret car vous n'en êtes pas digne...



Blog Widget by LinkWithin