les portes closes de nos villages




Les villages se dépeuplent, seul les rosiers veillent à l'hypothétique retour de la vie humaine. Qui ouvrira de nouveau ces portes ? Fermées un jour de deuil, celui du dernier départ de la maison séculaire. L'âtre reste froid, et le désert français s'étend dans nos campagnes...

Seul restent ces rosiers, dernières sentinelles qui attendent sans le savoir ceux qui prendront un jour soin d'eux. Car il ne faut jamais perdre espoir, un jour ces maisons snobées par la pseudo culture pavillonnaire urbaine attireront les amateurs de simplicité, d'authenticité, des choses qui durent dans le temps car elles ont fait leurs preuves... Malgré la résistance des maires, de jeunes qui envers et contre tout restent au pays et des téméraires qui viennent d'ailleurs, l'inquiétude est omniprésente dans les esprits : que deviendra le village demain ? 


Les vieux partent, et trop de portes restent closes...

2 commentaires

C'est une vraie question de société car beaucoup de nos villages sont devenus des déserts.

Roger

2 novembre 2012 à 11:15
Cratès a dit…

oui hélas, espérons qu'un jour la tendance s'inversera, après la rurbanité, avec les inconvénient des lotissements pavillonnaires sans âme, pourquoi pas la néo-ruralité ?

2 novembre 2012 à 15:32
Blog Widget by LinkWithin