églises en péril



Vous l'aurez compris en parcourant le blog, mon regard critique sur l’institution église (toutes les religions en fait) n'occulte pas une certaine indignation quand à l'abandon du patrimoine architectural religieux en France. Patrimoine exceptionnel sans aucun doute et dont le nombre d’édifice font de notre pays l'un des plus pourvu au monde (environ 100 000 bâtiments)
De nombreux non-croyants se mobilisent, contrecarrant une certaine frilosité des autorités religieuses (assez discrètes sur ce phénomène qui toucherait pourtant plus de 2800 églises classées). Le nerf de la guerre, depuis que le monde est monde des homme, demeure l'argent. Si beaucoup de collectivités locales investissent et valorisent son patrimoine architectural, d'autres n'en ont cure, et combien finance des délires inutiles ?
Comble du cynisme, lorsqu'on détruit un bâtiment, on parle de déconstruction !si cela fait moins mal aux oreilles, que penser du regard en voyant des siècles s'envoler en poussière ? Pourtant, c'est souvent la mise en valeur de ces pierres qui font le charme des villages et villes de France, attire les touristes, fait la fierté des habitants. Le bruit de l'eau dans un antique lavoir, le silence reposant d'une vielle église, la vue d'un clocher au loin... qui n'a pas gouté à ces petits bonheurs insondables ?
Tout est une affaire de choix, de volonté. A-t-on le droit de spolier l'héritage de ceux à venir ? Carcassonne aussi était à l'état de ruine...
Des sites qui vous proposent de poster vos photos de clochers :

http://clochers.org/


Un patrimoine en danger 1 :





video

2 commentaires

comprendre a dit…

La destruction c'est quand même extrême. Parfois les églises sont vendues et transformées en restaurants, ou autre. Les presbytères aussi. Il me semble pouvoir comprendre l'élu qui cherche des solutions avec les trois églises dans sa commune rurale et les besoins de services à la population. Mais tu sais, on laisse bien se délabrer des bâtiments inscrits voire des monuments historiques, c'est tout aussi navrant, voire plus compte tenu de l'intéret manifeste qui leur a été conféré.

8 mai 2011 à 02:54
Cratès a dit…

Oui, souvent les maires sont aussi désemparés devant les frais à engager. Pas facile surtout quand les différentes collectivités locales se renvoient la patate chaude afin de ne pas payer la note. Dommage, car ce qui fait aussi la France ce sont des monuments (ses bijoux de famille) !

8 mai 2011 à 10:05
Blog Widget by LinkWithin