le mystère Bugarach


Plus d'un an après le fracas médiatique du 21 décembre 2012, revenons sur le mystère Bugarach.

Un excellent documentaire ou l'histoire rejoint les mythes (ou l'inverse...), et de nombreuses interviews captivantes !



3 commentaires

comprendre a dit…

Bonjour Cratès, j'ai regardé le reportage cette nuit (avant de me coucher, référence à ton comm de ce midi) : j'ai trouvé le reportage esthétiquement agréable mais le fond m'a paru ne pas chercher à séparer le bon grain de l'ivraie. Il est intéressant l'alchimiste qu'ils ont trouvé, tu ne penses pas ?

9 février 2014 à 13:37
Cratès a dit…

Ce que j'ai bien aimé c'est la variété des intervenants, Doumergue, Lincoln, le maire de Bugarach, le curé etc...

L'Alchimiste est passionnant, avec la "langue des oiseaux". Cela m'a donné envie de lire "Clovis Dardentor" d'ailleurs !

Mais le principal ne réside-t-il pas dans la phrase de Brahma, très bien mise dans le film ?

http://crates11.blogspot.fr/2011/10/lampe-sous-le-boisseau.html

9 février 2014 à 15:44
comprendre a dit…

J'ai eu un peu de mal à adhérer à l'idée du roman à clés pour Verne, tout en reconnaissant que la mention de Bugarach doit effectivement renvoyer à un sujet dont il avait entendu parler à l'époque. Pour la phrase sur la divinité en l'homme, c'est un sujet gnostique, notamment, qui renvoie également, sur le plan philosophique, à sa capacité à trouver seul son salut, sans intercesseur avec Dieu (nous portons donc "la porte de l'enclos" en nous, il suffit de la trouver en identifiant Jésus). Je suis un peu réservé sur cette notion de salut autonome, de divinité caché en l'homme. Le libre arbitre c'est déjà bien ;)

9 février 2014 à 23:53
Blog Widget by LinkWithin